8. giorno Dio creò la H2 750, dicton Italien.
ACHETER SA MOTO
 
PREAMBULE
Je sais par vos courriers que vous êtes nombreux à vouloir venir ou revenir à la moto par le biais de la collection. C’est votre droit, et c’est bien, mais il y a quand même deux ou trois choses que vous devez savoir. Déjà dans les années 70 les trois cylindres, et plus particulièrement les 500 et 750 étaient des motos destinées à des motards avertis, et bien, rien n’a changé, ces machines ne sont pas des engins d’un pilotage aisé, prudence et sang froid de rigueur, si vous comptez utiliser votre machine pour vous ballader ça va (encore faut-il avoir le cran de résister aux cris des 3 tuyères en délire), autrement c’est à vos risques et périls. Si vous vous imaginez qu’un triple peut faire un « Roaster » original, vous allez au devant de grosses désillusions, ça n’a rien à voir, mais alors rien du tout, voir les prix des pièces (quand on les trouve) et la tête du concessionnaire si vous lui demandez de faire la révision (plus grand monde connaît ces mécaniques, à vous les tournevis cruciforme). Si votre rêve c’est une 500 mach III de 69 pour aller vous éclater le vendredi soir sur la N7, laissez mon adresse à vos héritiers, il y aura bien quelques pièces encore bonnes.
 
Si après tout ça, vous n’avez pas changé d’avis, alors bienvenu au Club, vous allez vous éclater avec votre machine, rencontrer des gens aussi passionnés que vous, mais néanmoins très sympa (quand ils ont leur dose de H !!!), et n’oubliez pas, une moto comme ça en appelle d’autres, on en veut une au départ, et puis deux, trois, et ainsi de suite, certains ont tous les modèles, des 250 aux 750.
     
H2
H2A
H2B
H2C

 

Le prix d’abord, alors là on trouve de tout, mais sous 40-45.000 F. point de salut et ça peut aller jusqu’à 70.000 F pour une machine en état neuf. Les plus recherchées, donc les plus cotés, sont les premiers modéles H2, avec une préférence actuellement pour les bleu. Toujours prendre une moto complète d’origine car les pièces sont soit hors de prix, soit introuvables, de même au niveau peinture dans les années 70 la mode est au Candy (1 couche de base + 2 à 3 couches d’un verni coloré), c’est plus beau que la peinture à l’eau, mais c’est très cher à faire refaire. A éviter absolument les annonces style «H2 prête AFAMAC», « préparée Café Racer», on a affaire dans ces cas là à des motos incomplètes voir à des épaves. Ensuite, le problème principal des trois-cylindres Kawa, c’est les vibrations, mais il y a les bonnes et les mauvaises vibrations. Les mauvaises sont généralement causées par un décentrage du vilebrequin, et là le problème c’est qu’à moins d’avoir une certaine habitude du phénomène il faut quand c’est possible voir et écouter plusieurs machines pour distinguer les différences. Sinon, il n’est jamais superflu de jeter un coup d’oeil aux pots d’échappement (introuvables donc hors de prix), le circuit électrique peut aussi faire l’objet de votre attention, en mauvais état c’est une source d’emm... sans fin. Si vous avez la chance d’avoir un ami qui posséde la machine de vos rêves, trainez le avec vous ou bien allez voir dans le bistrot, il y a sûrement quelqu’un pour vous aider et vous accompagner. Et, n’oubliez pas il faut que ça fume... Keep on Tripling !!!!!.

Les régles classiques de méfiance lors de l’achat d’un véhicule d’occasion sont toujours de rigueur, c’est pas parce qu’une moto a 25 ans qu’il faut se dispenser de vérifier ses numéros de cadre et de moteur, non mais ! Avec tout ça, vous pouvez aller voir les annonces.

Si quelqu’un veut ajouter quelque chose d’intéressant à ceci, surtout qu’il ne se gêne pas.